Si vous êtes en train de lire cet article, il y a fort à parier que vous êtes un utilisateur de Facebook voire d’Instagram. Cela fait désormais quelques mois que le sujet de la fin des likes sur ces deux réseaux agite doucement, mais sûrement la toile. L’agence écho vous propose donc de faire le tour de cette question qui va faire évoluer le quotidien des influenceurs et des community managers.

Instagram teste le masquage des likes dans six pays

Le printemps 2019 a connu lui aussi sa (petite) révolution, le jour où Instagram, le réseau social au milliard d’utilisateurs a décidé de mener une expérimentation : masquer les likes sous les publications. L’expérience a débuté début mai au Canada puis s’est étendue à cinq autres pays :

  • le Brésil ;
  • l’Italie ;
  • l’Irlande ;
  • le Japon ;
  • et la Nouvelle-Zélande.

Qu’est-ce qui a nourri cette initiative ? Selon la plateforme appartenant désormais à Facebook, il s’agirait de lutter contre les contenus stéréotypés engendrés par une course aux likes pour revenir à des contenus authentiques. L’affichage des likes aurait des effets complexant notamment sur les jeunes utilisateurs attristés de voir que leurs posts ne sont pas aussi populaires que ceux de leurs amis. Certains socionautes préfèrent se créer un « finstagram » un compte fake (factice) pour publier : ils lèvent ainsi la peur du jugement en se cachant derrière des pseudos.

Une extension plus que probable sur Facebook

La question que tout le monde, enfin tous les community managers, se posent désormais c’est : « Est-ce que cette expérimentation va être étendue à Facebook et à ses 2,41 milliards d’utilisateurs ? » Interrogé à ce sujet par TechCrunch, Mark Zuckerberg ne dément pas et répond que cela peut contribuer à faire du réseau un espace d’échange plus sain, mais sans en dire plus… Nous aurions pu rester sur notre faim, mais s’était sans compter sur la sagacité de Jane Manchun Wong. Cette chercheuse en informatique affirme avoir trouvé dans le code de Facebook des features permettant de cacher le nombre de likes. En tant qu’utilisateur vous ne verriez donc que les émojis et un commentaire vous indiquant si l’un de vos amis a aimé et ce dans un avenir peut-être pas si lointain.

fin_likes_facebook

Un bilan mitigé pour les influenceurs interrogés

Une étude canadienne menée sur 193 influenceurs par la plateforme #paid s’est attachée à mesurer les conséquences de la disparition des likes sur les comptes de ces Instagrammers. Voici les principaux résultats de cette enquête :

  • un sondé sur deux a constaté une diminution de l’engagement
  • 50 % des instagrammeurs déplorent une baisse de la croissance du nombre de leurs abonnés ;
  • les commentaires ont diminué pour un tiers de ces influenceurs ;
  • et comme une suite logique, une large majorité d’entre eux n’a pas apprécié l’expérience.

En ce qui concerne les bénéfices escomptés, à la question : « Vous sentez vous plus libre de créer ? » 162 % répondent par la négative. Il semblerait qu’en enlevant la « récompense » du like, ces instagrammeurs ressentent moins l’envie de s’investir. Ils déclarent même « publier moins souvent ».Cela complique également le travail des publicitaires qui bénéficient d’un KPI de moins pour mesurer la portée d’une campagne de sponsorisation.

Reste à évaluer le ressenti des utilisateurs lambda, ceux qui ne sont pas des professionnels des réseaux sociaux. Se concentrent-ils plus sur la qualité du contenu que sur la popularité du post ? Sont-ils plus enclins à publier librement sans avoir peur de ne pas atteindre un nombre de likes socialement acceptable ?

En définitive

Avant même cette expérimentation, une baisse du taux d’engagement avait largement été ressentie par les marques et les influenceurs sur les réseaux sociaux. Cependant, même masqués, le nombre de likes continue d’être pris en comporte par l’algorithme d’Instagram pour l’ordre d’apparition dans les feeds d’actualités des utilisateurs. Les professionnels des réseaux (que nous sommes 😉) ont donc tout intérêt à poursuivre leurs efforts pour maintenir un niveau d’intérêt constant de la part de leurs abonnés et à proposer du contenu de qualité.

Et vous, que pensez-vous de cette initiative ? Faites-nous part de votre avis !